Un refuge pour femmes victimes de violences

0

Une problématique à résoudre

0

c'est le nombre d'heures entre deux féminicides.

Témoignage

Patou Solidarité

Myriam, présidente de Patou Solidarité

Les femmes et les petites filles dans la province de Napo, sont les premières victimes de la violence machiste. Elles naissent et sont déjà perçues comme des futures femmes au foyers, maman d'au moins 5 enfants. Elles n'ont pas d'autres rêves possible. Alors quand votre père frappe votre mère, quand votre petit ami, votre mari vous frappe, c'est devenu normal.

Et si vous en mourrez, c'est normal aussi.

Le problème en détail

La violence de Genre est un phénomène global et l'Equateur est particulièrement concerné par ce fléau : en 2017 on compte 129 féminicides, c'est-à-dire que toutes les 52 h une femme est assassinée du fait qu'elle est femme. Comment expliquer ce chiffre? Malgré les avancées législatives, la prise en charge reste un problème majeur. Peu de structures d'accueil existent, ainsi une femme qui va porter plainte doit dans de nombreux cas retourner chez elle, c'est à dire chez son agresseur.

Le projet en bref

Depuis le 11 Avril 2018, la Maison d'accueil pour les femmes victimes de violence de genre et leurs enfants a ouvert ses portes, accueillant ses premiers résidents. La prise en charge par l'équipe technique (avocat.e, assistant.e social.e, psychologue, animateurs) et l'équipe de gestion (gouvernantes, directrice) est assurée. Les femmes sont impliquées dans l’autonomie de la structure. Le pas suivant est le développement de projets de formation pour chaque femme, qui lui permettra de générer des revenus pour elle et sa famille une fois sortie. Enfin, il y a un suivi des femmes qui sortent de la Maison.

Les étapes du projet

1
Des équipes mobiles contre la violence
Juillet 2018 - Nous organisons des sorties de terrain bimensuelles pour prévenir et sensibiliser au thème de la violence sous toutes ses formes des droits, notamment celui de recourir à la maison d'accueil lorsqu'il existe un sentiment de danger provoqué par l'agresseur quel qu'il soit. Le transport est assuré par la route ou par avion dans le cas des communautés éloignées. La mise en place demande une organisation préalable (Juillet-Aout) avant le début formel des campagnes (Septembre).
2
Favoriser l’empowerment des femmes par le biais d’activ
Novembre 2018 - Nous développerons avec les femmes des activités manuelles qui leur permettent d'assurer l'autonomie financière de leur famille, un outil pour ne pas retomber dans le cycle de la violence. Les ateliers sont: pâtisserie & boulangerie, artisanat local inspiré du peuple Kichwa, et couture. Cette étape demande 6 mois de mise en place, sera maintenue pour la durée de vie de la maison et participera au maintien de cette dernière (voir étape suivante).
3
Assurer l'autonomie de la maison
Novembre 2018 - La maison d'accueil doit être une solution durable face aux situations de violence que connaissent les femmes, et doit rester un espace neutre. Dans cette optique, nous développons l'autonomie financière pour le fonctionnement de la maison en rendant les femmes protagonistes : les produits des ateliers d'artisanat local, couture et pâtisserie & boulangerie produits seront vendus au profit de la maison d'accueil.

Budget du projet

Total : 99 800 €

  • Kits d'hygiène pour les familles accueillies (1 an):
    5 000 €
  • Ameublement et adéquation de la Maison:
    6 300 €
  • Ressources humaines par an:
    41 200 €
  • Matériel d'entretien et matériel de cuisine:
    6 400 €
  • Loyers et charges locatives:
    12 000 €
  • Alimentation:
    11 400 €
  • Matériel de bureau:
    5 000 €
  • Matériel pour activités:
    2 500 €
  • Mobilisation:
    10 000 €

Quelques chiffres

300 Bénéficiaires

11 000 € d'objectif de collecte

De Juillet 2018 à Juillet 2019

Objectifs du projet

La violence tue une femme toutes les 52 heures en Équateur, selon les chiffres officiels - laissant supposer que les chiffres réels sont encore plus importants. Avec ce projet, 300 femmes et enfants sont accueillis dans des conditions sûres et dignes, 300 femmes et enfants reçoivent le soutien moral, psychologique, social, légal avec une équipe professionnelle spécialisée, afin d'envisager une vie indépendante et libre de violence. Notre objectif est que l'ensemble des femmes accueillies (de 180 à 200) reçoivent une formation professionnelle pour assurer leur indépendance économique, que l'ensemble des enfants accueillis (675 à 720) continuent leur scolarité avec l'appui de l'équipe et que 36 villages ruraux soient sensibilisés aux violences intra-familiales, de genre, sexuelles, physiques et psychologiques.

Nous soutenir

Nous sollicitons aujourd’hui votre aide pour assurer la protection des femmes et de leurs enfants.

Faire un don

Votre don est déductible des impôts

Parler de nous

Patou Solidarité

Créée en 2012

Déjà 6 projets réalisés

Notre histoire

Depuis 2012, l’association Patou Solidarité mène une action solidaire en Équateur, auprès des communautés indigènes du peuple Kichwa. L’association propose des solutions durables aux problèmes du terrain. Nous opérons dans le respect des cultures, avec les bénéficiaires, assurant un suivi des projets, et agissons de manière transparente avec nos donateurs.

Partenaires du projet

Nos partenaires en France


Nous sommes en étroit partenariat avec France Volontaires qui encourage et permet la venue de volontaires français pour le projet de maison d'accueil. Nous travaillons également avec l'association Solidarité Femmes de Loire Atlantique

Nos partenaires locaux


Nous sommes en étroit partenariat avec le gouvernement de Napo, qui a sollicité notre expertise pour la mise en place de ce projet. L'Ambassade de France en Équateur soutien le projet et nous apporte un appui institutionnel et diplomatique.

Suivez nos actualités

Abonnez-vous à notre projet pour recevoir par e-mail les actualités de notre aventure. En vous abonnant vous pourrez également écrire sur notre fil d'actualité pour poser vos questions et nous faire part de vos remarques !

Quelques photos du projet

Il n'y a pas encore de photos.