Libérer les oubliés de la justice en Afrique

0

Une problématique à résoudre

0 %

des personnes dans les prisons ciblées par ce projet sont en détention préventive. Elles n'ont jamais vu de juge.

Témoignage

FIACAT

Lionel, responsable du programme DPA

La 1ère question d’un détenu est ‘j’ai faim’ et la 2ème ‘où en est mon dossier?’. La loi prévoit un délai légal de détention préventive en fonction de l’infraction. Lorsque la personne incarcérée est maintenue enfermée au-delà du délai prévu par la loi, on dit qu’elle est en Détention Préventive Abusive (DPA). La détention abusive génère une surpopulation carcérale qui atteint parfois 400% dans les prisons africaines rendant ainsi les conditions de vie des prisonniers indécentes.

Le problème en détail

La détention provisoire impacte principalement les personnes vulnérables et marginalisées qui n’ont souvent pas les moyens de payer une assistance juridique. Les bénévoles des ACAT qui visitent les prisons informent les détenus de l’avancée de leur dossier. Grâce à nos projets contre la Détention Provisoire Abusive (DPA), 1653 cas de DPA on été identifiés en 2017, 58% ont déjà obtenus une décision de justice, 29% sont en cours d'instruction et 13% des dossiers continuent à être accompagnés par les avocats référents

Le projet en bref

Le projet vise à réduire le nombre de cas de DPA par la formation du personnel judiciaire et pénitentiaire et de la société civile en Côte d'Ivoire, au Congo Brazzaville et à.Madagascar pendant 3 ans. Les différents acteurs judiciaires ont rédigé ensemble un guide du détenu lors de la 1ère phase de ce projet pendant la formation organisée par la FIACAT. Depuis, nos bénévoles visitent les prisons cibles pour apporter des produits de premières nécessités aux prisonniers et identifier les cas de DPA. Nous apportons aux prisonniers une assistance juridique et un suivi par des avocats référents jusqu’à leur libération provisoire, définitive ou leur condamnation.

Les étapes du projet

1
Organisation des ateliers de suivi
Organisation d'un atelier de suivi à Madagascar et au Congo afin de déterminer avec les acteurs formés au début du projet quels sont les obstacles à la mise en oeuvre du projet et les moyens de les surmonter ainsi que de capitaliser sur les bonnes pratiques.
2
Visite des prisons
Visites de la prison cible en Côte d'Ivoire, des deux prisons cibles au Congo et de la prison cible à Madagascar tous les deux mois par des équipes de bénévoles afin d'identifier les cas de DPA. Suivi des dossiers de DPA par les avocats référents jusqu'à leur libération provisoire ou définitive.

Budget du projet

Total : 183 756 €

  • Transport des bénévoles:
    5 000 €
  • Matériel:
    4 950 €
  • Avocats référents:
    54 000 €
  • Formation des acteurs:
    41 700 €
  • Séminaire de capitalisation et évaluation:
    54 820 €
  • Imprévus:
    8 870 €
  • Ressources humaines:
    14 416 €

Quelques chiffres

10 000 Bénéficiaires

5 000 € d'objectif de collecte

De Février 2017 à Février 2020

Objectifs du projet

Nos objectifs sont de former 118 membres de la société civile et agents de l’administration judiciaire et pénitentiaire sur les garanties judiciaires entourant la détention préventive, de diminuer d’au moins 25% le nombre de détenus en attente de jugement dans les 4 prisons cibles, et de réduire le taux de détention préventive abusive d’au moins 35%. A travers cela, nous souhaitons voir diminuer la population carcérale et aider les Etats à s’approprier les instruments juridiques régionaux et internationaux des droits de l’Homme.

Nous soutenir

Nous sollicitons votre aide pour financer le transport des bénévoles afin qu'ils puissent visiter les prisons, identifier les cas de DPA et apporter des produits de premières nécessités aux prisonniers (riz, savons, nattes pour dormir et médicaments).

Faire un don

Votre don est déductible des impôts

Parler de nous

FIACAT

Créée en 1987

Déjà 4 projets réalisés

Notre histoire

La FIACAT, est une organisation internationale non gouvernementale, créée en 1987, qui lutte pour l’abolition de la torture et de la peine de mort. La Fédération regroupe 30 associations nationales, les ACAT (Action des Chrétiens pour l'Abolition de la Torture). Elle collabore avec elles, les représente auprès des organisations internationales et régionales de protection des droits de l’homme et renforce leurs capacités sur les thématiques traitées.

Partenaires du projet

Nos partenaires locaux

Nous travaillons avec nos associations membres, les ACAT (Action des Chrétiens pour l'Abolition de la Torture). Pour ce projet, il s'agit des ACAT Côte d'Ivoire, Congo et Madagascar. La FIACAT et les ACAT collaborent avec les autorités nationales pour réduire le nombre de cas de DPA en prison et ainsi améliorer les conditions de vie en détention.

Suivez nos actualités

Abonnez-vous à notre projet pour recevoir par e-mail les actualités de notre aventure. En vous abonnant vous pourrez également écrire sur notre fil d'actualité pour poser vos questions et nous faire part de vos remarques !

Quelques photos du projet

Il n'y a pas encore de photos.