Projet | Le Projet Soaw | Burkina Faso | Santé

Par Biologie Sans Frontières Antenne Auvergne

Collecte en cours

1%

250€
Collectés
20
Followers
15000€
D'objectif
6
Donateurs

La mise en place d'un laboratoire d’analyses biologiques à Soaw au Burkina Faso est indispensable pour ses 25 000 habitants en raison de l'enclavement de la commune. Pour mener à bien ce projet qui est maintenant en phase 6 nous devons encore récolter 15 000€.


Les phases du projet

Une étude de faisabilité a été réalisée en 2015 par deux biologistes de BSF-Auvergne.
Les objectifs étaient de répertorier les points forts, les points faibles pour la création du laboratoire, rencontrer les habitants afin de présenter le projet et trouver tous ensemble les solutions adéquates pour la mise en place en 2016.

 

Après analyse par des experts de différents devis en 2015, l’électrification du dispensaire vient d’être réalisée par l’entreprise PPS de Ouagadougou.

Elle a été financée par H20, Res Publica et BSF-Auvergne (1/3 chaque ONG). Huit panneaux photovoltaïques ont été installés en janvier 2016 et l'électrification a été finalisée pour tous le dispensaire en avril 2016. Le cablage et l’optimisation de l’électrification intérieure du laboratoire ont été réalisés par Electriciens sans Frontières. Grâce à cette première étape réussie, un financement de 6494 euros de l’agence des micro-projets (AMP) obtenu en décembre 2015  a donné un élan à notre projet.

Une deuxieme intervention de Françoise Rieu a eu lieu du 25 avril au 3 mai 2016.

Les principales actions réalisées au cours de cette récente intervention sont les suivantes:

- Des entretiens avec les autorités nationales de la santé pour avoir les autorisations necessaires, dans un contexte de grande réforme en cours dans le domaine de la santé publique (gratuité totale des soins des enfants de moins de 5 ans et des femmes enceintes). Le secrétaire Général du ministre de la santé nous a confirmé que notre projet s’intégrait parfaitement dans la volonté politique de l’état de transformer progressivement les CSPS en centres médicaux. Le Ministère de la Santé a en effet initié une réforme des structures de santé qui prévoit d’élargir la gamme de service des centres de santé. Cette transformation se fera en trois phases d’ici 2020. Soaw n’est pour l’instant pas prévue dans les deux premières phases, mais la mise en place d’initiatives comme la nôtre devrait remettre en cause cette planification et permettre la transformation du CSPS de Soaw en Centre Médical plus tôt que prévu. Pour cela le ministère va envoyer une mission d’évaluation à Soaw très prochainement.

- La définition de l’échéancier des prochaines étapes pour la création du laboratoire avec Mme la Préfète Marguerite Ouedraogo (recrutement du laborantin, compte prévisionnel d’exploitation, etc) en présence du major et du comité de gestion local du CSPS (mis en place par H20).
Le matériel collecté par notre antenne sera envoyé fin septembre. Le laborantin sera présent sur Soaw à partir du 1er octobre. Marc Merceccia et Chantal Rich, techniciens interviendront du 1er au 15 octobre 2016. Les internes Pauline Lévigne et Julie Brunet formeront le laborantin la deuxième quinzaine d’octobre.

- La signature de la convention de partenariat avec la commune de Soaw le 27 avril lors d’une réunion publique à la mairie (convention et photo ci-jointes)

- Le début de l’équipement du labo avec l’apport d’un microscope, un Hémocue, deux pipettes automatiques (certificat cession ci-joint) et l’achat sur place d’un réfrigérateur (144 000 cfa) et d’un fauteuil de prélèvement (fabriqué par une entreprise de Ouaga) : 125 000 cfa.

- Visite et mise en place d’une collaboration avec l’Hôpital de Nanoro Le frère Sorgho, directeur nous a fait visiter le laboratoire. Ce laboratoire accepte de fournir régulièrement l’eau distillée (2X 20 litres chaque fois) au CSPS de Soaw. Pauline et Julie (internes) iront 1 ou 2 jours dans ce laboratoire pour les conseiller.
Il y a 500 consultations en moyenne par mois au CSPS et 25 accouchements par mois à la maternité en moyenne. La pathologie la plus fréquente et la plus grave aussi est le paludisme, qui touche en particulier les enfants et les femmes enceintes. La mortalité est importante, souvent dûe à une absence de diagnostic ou à un retard , à cause de la distance à parcourir pour accéder aux soins. Les infections respiratoires et digestives infantiles apparaissent ensuite. Les patients arrivent souvent tardivement dans un état préoccupant. Les autres infections parasitaires et bactériennes sont aussi fréquentes : schistosomes, filariose, ascaridiose, infections cutanées (abcès, staphylococcies), méningites à meningocoques, des salpingites, vaginites fréquentes , cystites, pneumopathies, infections ORL, diabète, hypertension. Des cas drépanocytose sont fréquents également. Toutes les pathologies liées à la grossesse sont aussi rencontrées, en particulier les anémies. 
Grâce à la coopération et les échanges très dynamiques initiés par notre partenaire H20, nous avons déjà acquis un élément essentiel : la forte motivation des habitants de Soaw pour participer à la mise en œuvre de ce projet.

Le recrutement du laborantin est la priorité des tâches à réaliser. Cette personne devra s’engager à rester sur Soaw plusieurs années. La commune de Soaw va procéder au recrutement de cette personne au cours de l’été 2016 en partenariat avec H20 et BSF. 
Ce technicien sera issu de l’Ecole Nationale de Santé Publique où il aura fait 3 ans d’études.
Le laborantin sera recruté au 1er septembre 2016 et affecté dans un premier temps au laboratoire de St Camille de Ouagadougou pour un mois (du 1er septembre au 1er octobre) où le Père Marius complètera sa formation sur les analyses spécifiques de Soaw (parasitologie dans un premier temps). Son salaire sera assuré par BSF pendant 12 mois à partir de sa date d’embauche. Le salaire est fixé à 117 000 CFA (+charges de 23000 CFA, soit un total de 140 000 CFA/mois pour BSF). La somme totale de 1 680 000 CFA sera versée par BSF en trois  fois 560 000 CFA : le 1er septembre 2016, 1er janvier 2017, et le 1er mai 2017 sur le compte en banque de la commune de Soaw, charge à la commune de gérer directement le salaire du technicien pendant un an. A partir du 1er septembre 2017, le technicien sera pris en charge par la commune.
L'Infirmier chef de poste Mr Bepouo Dabirè, Mme la Préfète et Christophe Ouedraogo président du comité local de H20 sans Frontières sont nos correspondants locaux privilégiés. Nous travaillons donc en synergie. Le Directeur Régional de la Santé, Mr Barro Seydou  (Koudougou) et le Dr Kyelem Médecin Chef de district (Nanoro) soutiennent notre projet et nous espérons obtenir un peu d’aide par leur intermédiaire.

 

Au 1er octobre 2016 deux techniciens Chantal Rich et Marc Merceccia de BSF-Auvergne seront présents pendant deux semaines pour mettre en place la logistique nécessaire, installer le matériel, commander sur place une partie des consommables. Dans une première étape le matériel par BSF sera limité pour permettre les analyses médicales de base en parasitologie . BSF fournira le premier stock de matériel et de consommables (mise de fond pour un an) et mettra en place un système de réapprovisionnement en matériel auprès des distributeurs locaux.

Puis Julie Brunet, interne au CHU de Clermont-Fd et Pauline Lévigne, internes au CHU de Lyon se rendront sur place du 15 au 30 octobre pour former le technicien. La formation dispensée par ces deux internes portera sur la maintenance du matériel donné, sur la théorie, la réalisation et l’interprétation des analyses liées au diagnostic des maladies parasitaires. Les examens prioritaires ont été décidés en concertation avec le MDC le Dr Kyelem et l’infirmier-chef responsable. 
Les internes Julie Brunet et Pauline Lévigne apporteront également une aide dans l’organisation du laboratoire (traçabilité des analyses, cahiers de labo etc) et un suivi dans le temps.

Après le départ des deux internes le technicien pourra compter sur l’aide et les conseils des membres de l’hôpital de Nanoro et de Saint Camille à Ouagadougou. Le père Marius Belemnegre est prêt à accueillir cette personne dans son laboratoire pour compléter sa formation. D’autre part l’équipe Cadre du district de Nanoro dirigée par le Docteur Kyelem assurera aussi une tutelle technique.

 

Au bout d’un an le laboratoire sera évalué dans les domaines techniques, hygiéniques et administratifs, puis nous retournerons régulièrement sur le terrain pour perpétuer l’apprentissage.
La bactériologie, l’hématologie, la biochimie pourront être mis en place à partir de 2017 si tout marche bien.
Le laboratoire devrait être autonome assez rapidement. Nous sommes convaincus qu’impliquer financièrement les bénéficiaires contribue à pérenniser notre action.

A plus long terme, plusieurs CSPS pourraient bénéficier des prestations du laboratoire. De la réussite de cette première mise en place d’un laboratoire dépendra l’extension de l’expérience à d’autres lieux.

L'antenne Auvergne assurera un suivis du projet jusqu'en 2018.


Budget
Charges du projet
- Salaire technicien du laboratoire: 2561 €
- Électrification du laboratoire: 7012 €
- Investissement technique et mobilier: 1796 €
- Petit matériel et consommable: 5000 €
- Déplacement sur 3ans (Avion + Visa ): 5460 €
- Divers et imprévus: 1000 €

Objectifs

Parmi les attendus du projet : le diagnostic précoce du paludisme (65% des pathologies) et autres maladies parasitaires va permettre de traiter et de réduire ainsi la mortalité infantile.

A plus long terme, l’amélioration de la santé maternelle et le suivi des grossesses font aussi partie des résultats escomptés suite à l’installation de ce laboratoire. De même nous envisageons la mise en place d'une assistance aux cliniciens du site par de meilleurs moyens de contrôle des résultats d'analyses biologiques afin d'optimiser la fiabilité du diagnostic.

Nos intervenants fourniront aussi des informations sur l’hygiène, la prévention, la contraception. Il s’agit d’un travail dans la durée pour que ce futur laboratoire réponde au mieux aux critères de fiabilité, efficacité et qualité. Nous souhaitons une action suivie et pérenne.


Partenaires

Nos partenaires au Nord sont H2O Sans Frontières, Électriciens Sans Frontières, Res Publica et Gen Bio.

Nos partenaires au Burkina sont le CSPS (Centre de Santé) de Soaw, la commune de Soaw, l'hôpital de Nanoro et le laboratoire de l'hôpital Sainte-Camille à Ouagadougou.